Visite de la frégate de surveillance Prairial de la Marine Nationale à Bangkok (Thaïlande).

0
198

 


Le Prairial à quai à Bangkok

            Le ‘blanc’ semblait obligatoire sur la plage arrière de la frégate Prairial, basée à Papeete et en escale hier soir à Bangkok pour quatre jours. Les représentants de la Marine thaïlandaise et des pays alliés avaient répondu nombreux à l’aimable invitation du capitaine de frégate Christophe Le Coz, pacha du navire.

            Un léger vent soufflant de la mer au sud venait à peine rafraîchir l’air lourd et moite de cette soirée du 25 mai qui rassemblait une centaine d’invités. Invités et hauts gradés qui étaient accueillis au son strident du sifflet et après l’ascension d’une étroite passerelle, par le Commandant du navire, Son Excellence M. Gilles Garachon, ambassadeur de France en grand uniforme, Madame l’Ambassadrice et la lieutenant-colonelle Nadia Piercy, Attachée de Défense.

            Une centaine d’invités, venus partager avec la centaine de marins de l’équipage du navire, l’honneur de cette visite d’un bâtiment de la Royale en Thaïlande. Le premier depuis déjà cinq années. Rares visites, mais que peut expliquer le problème que représente l’accès au port de Bangkok à Klong Toey, rendu très difficile par la barre qui ferme l’estuaire de la Chao Phaya. Passage délicat qui ne peut se faire qu’avec l’aide d’un pilote thaïlandais. Ce qui explique également l’impossibilité pour des navires de fort tonnage de remonter le fleuve.

            Escale bangkokoise située presque au terme d’un long périple, dont les escales, telles les grains d’un chapelet exotique, ressemblent au programme d’une croisière de rêve pour vieilles dames américaines : Micronésie, Kota Kinnabalu, Singapour, Bangkok et enfin Manille avant de regagner le port d’attache de Papeete à Tahiti.

            Pourtant les missions assignées au Prairial sont bien éloignées d’une croisière touristique explique le Commandant Le Coz : assurer la souveraineté des forces maritimes dans la zone du Pacifique, faire respecter la police en haute mer et renforcer les liens avec les Etats du Pacifique et leurs Marines. D’autre part, la Polynésie Française semble se trouver sur les nouvelles routes du trafic de stupéfiants venus d’Amérique du Sud ; le Prairial a à son actif, la prise record de 680 kg de cocaïne saisis l’année dernière sur un voilier venu d’Equateur, intercepté grâce à l’intervention de l’hélicoptère Alouette III embarqué.

Le Commandant Christophe Le Coz et l’ambassadeur Gilles Garachon

            Et c’est devant cet hélicoptère aux pales sagement repliées, qu’au terme de son discours de bienvenue, l’Ambassadeur tint à rappeler l’importance des enjeux stratégiques de ce pourtour du Pacifique, des défis auxquels notre Marine Nationale doit faire face dans une zone instable, et des menaces contre les intérêts de notre Nation et la sécurité de nos compatriotes.

   

François Doré,   le Commandant Le Coz,   S.E. Gilles Garachon

            Notre Délégué Général François Doré eut au terme de cette soirée le plaisir de remettre au Commandant Christophe le Coz, la plaque du Souvenir Français et reçut avec reconnaissance, la grande nacre polynésienne marquée de l’emblème du Prairial.

La nacre souvenir du navire.

L’emblème du Prairial.

            La frégate Prairial (F731) a été construite par les Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire et a été lancée en mars 1991. Elle est la deuxième unité d’une série de six frégates, baptisées des noms de mois révolutionnaires. Déplaçant 2,600 tonnes, elle est armée d’un canon de 100mm, de deux canons de 20 mm et de deux missiles Exocet. La plage arrière abrite un hélicoptère Alouette III, prêt à décoller en urgence en 20 minutes.

  François Doré
Le Souvenir Français de Thaïlande

A  NOUS  LE SOUVENIR
A  EUX L’IMMORTALITÉ

PARTAGER

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE